Exploiter une cause pour des clics

«Il vient une heure où protester ne suffit plus ; après la philosophie, il faut l’action ; la vive force achève ce que l’idée a ébauché.» – Victor Hugo

 

Je risque de ne pas faire l’unanimité avec cette confession. Journal d’une princesse Peach, c’est l’endroit où je confie mes contradictions, mes émotions, mes doutes et mes motivations. Alors j’ouvre mon coeur pour livrer comment je me sens, mais je ne sais vraiment pas si j’ai raison. Je suis ouverte à voir d’autres angles, parce qu’il nous manque toujours de l’info. Pis on peut pas tout savoir.

Hier, j’ai publié un article à propos de la fameuse vidéo Dear Fat PeopleJ’étais triste, fâchée et découragée par le contenu de la vidéo, mais j’ai gardé mon article to-the-point, pour plutôt décrire la situation de l’extérieur. J’ai pas trop dit ce que j’en pensais, sauf sur Facebook. Malgré le sujet merdique de la vidéo, je comprends quand même l’importance de vouloir un corps en santé. Mais il faut aussi penser à la santé de son coco. Man, c’est tellement difficile de se motiver à perdre du poids, ou à se foutre de son poids, quand on ne se sent tout simplement pas bien. Et pour certaines personnes, c’est le contraire: ils s’en foutent un peu. Ils mangent ce qu’ils veulent, ne se pèsent pas aux 10 minutes, et ils sont tout aussi heureux que ceux qui font des triathlons. Pour moi, c’est ça, l’important. Savoir ce que l’ont veut. Mais c’est aussi ça, la partie difficile.

Mais je vous apprends rien. Right? C’est ça, justement, qui me tanne. De lire 10 articles par jour qui font la promotion de la diversité corporelle, parce que c’est vendeur, la diversité. On est dont ben fiers de nos corps! Man, esti qu’on est biens dans notre peau! C’est rendu du click-bait insupportable. Insupportable parce qu’il est plus subtil que les titres tels que «Vous n’allez JAMAIS croire ce qu’elle a trouvé sous son oreiller! ». Et je le trouve dangereux, dans une façon de collectionner l’approbation, des éloges et des compliments des autres. Parce que t’es tellement mieux que moi, que toi, tu te pinces pas dans le miroir des fois. Genre, jamais. Yeah right.

L’obsession avec le poids ne vient pas que du contenu qui parle de sa perte. Elle vient aussi avec les articles et vidéos Youtube de gens qui parlent d’accepter son poids, recevant des commentaires qu’elles sont « don’ ben courageuses/courageux » de se montrer en Cosplay malgré leur taille. Selon-moi, ça ne devrait pas être courageux. Ça devrait juste être normal. On ne devrait même pas le remarquer.

Je ne dis pas qu’on devrait arrêter de parler des causes. Que ce soit la santé physique, la violence, la santé mentale, l’intimidation. Ça, jamais. C’est que, des fois, ça paraît juste trop qu’on se sert d’une cause, au lieu de la servir. Vous vous rappelez des annonces Dove? Le contenu est bon. L’intention, par contre…bof?

sa

 

C’est un peu pour ça que je suis vraiment en admiration avec Mindy Kaling, et son émission The Mindy Project. Le poids du personnage de Mindy n’est pas vraiment un sujet principal. Oui, on le mentionne. Et oui, on la voit des fois déçue des commentaires. Mais surtout, on ne passe pas 3 émissions à vouloir faire passer le message que c’est correcte d’avoir des courbes. À la place d’en parler, on le montre, sans devoir en parler pour gagner l’approbation directe. Mindy a un je-m’en-foutisme qui récapitule très bien ce que je tente d’expliquer dans ma petite note de ce soir.

Elle est, au lieu de dire qu’elle est.

Je crois que, tout ce que je peux ajouter à tout ça, c’est que l’inauthenticité, ça se sent. Tout comme on l’a senti dans la vidéo Dear Fat People, on peut la sentir dans l’autre côté du dialogue aussi.

Pratiquez la diversité. Arrêtez de dire que vous le faites.

Partager
Article précédentUne Youtubeuse sème la controverse
Article suivantUn t-shirt par jour, geek pour toujours
kazzie
Kazzie est une petite tannante des nouveaux médias. Diplômée en graphisme & conception web, c’est en travaillant sur le web qu’elle a pu se démarquer en tant que geek passionnée de tout ce qui est 2.0. Elle est la fondatrice de Robot Sucré