3 ans de Robot Sucré

Déjà 3 ans.

Mon bébé a 3 ans.

Un peu comme au 2e anniversaire, je n’en reviens toujours pas que Robot Sucré existe. J’en reviens pas que ça fait partie de ma vie, cette chose-là, qui m’apporte tellement de bonheur. Et maintenant, Robot Sucré a 3 ans.

C’est étrange de célébrer l’anniversaire d’un blogue. Je travaille sur le web depuis 6 ans dans mon day-to-day, comme job, et j’ai géré mes propres sites / blogues depuis environ 12-13 ans. Mais, mes blogues on the side n’ont jamais duré. Je ne traçais pas un chemin clair pour mes blogues et je ne savais pas vraiment ce que je voulais.

Des sites qui ont floppés, j’en ai fait, les amis. YouTube, aussi, où j’avais une chaîne en anglais bien avant.

Je comprends maintenant ce qui a gardé Robot Sucré en vie: j’ai arrêté de me soucier que le site voit un succès quelconque. Je lâchais prise avec mes autres projets parce que je me disais «Ça fonctionne pas ben ben, mon affaire». Cette fois-ci, j’ai plutôt pensé ceci: que personne ne lise Robot Sucré ne me dérange pas, tant que fais du contenu que moi, j’aime. Je ne vais pas faire du contenu pour plaire aux gens; je vais tout simplement parler de ce que j’aime et ce que je connais. Pis si le monde lit, cool. Si ce n’est pas le cas, okidou.

J’ai eu un drôle d’année; probablement l’une des meilleures. J’ai rencontré un homme qui me rend heureuse et qui comprend mes projets, j’ai coupé les ponts avec une personne fucking horrible qui m’avait traitée comme un déchet, j’ai rencontré des gens merveilleux et j’ai trouvé la job de mes rêves.

Mais Robot Sucré a souffert, parce que j’ai changé de cap de façon assez drastique et, la vie ne m’a pas permis de pouvoir écrire autant. En fait, j’écris plus que jamais, à ma job, et cela ne me donne plus l’énergie de taper sur le clavier le soir et nourrir Robot. C’est mon seul regret cette année: ne pas m’être poussée les fesses assez pour Robot. Mais d’une façon, je reste aussi très reconnaissante, car c’est en très grande partie ce nouvel emploi qui fait que je suis une personne excessivement comblée. Je vous le dis, je vis un bonheur professionnel qui me fait encore gambader mentalement dans les champs.

Cette dernière année, j’ai imposé des limites qui n’étaient pas nécessaires. J’ai eu peur de trop donner d’amour à Robot Sucré et manquer d’énergie au travail; alors j’ai laissé mon site se reposer, et j’avais tort. J’avais tort parce que je ne manque pas d’idées, et ces dernières n’affectent tellement pas mon travail. J’ai la chance d’être entourée, professionnellement, de gens qui encouragent les autres à s’épanouir. J’ai été chicken à cause de mes expériences du passé où j’étais entourée de personnes profondément paranos, possessives, contrôlantes et écrasantes. Pis là, c’est tout sauf ça.

Le podcast hebdomadaire est rendu à 60 épisodes. 60! Nous avons pris une courte pause cet été, et même si tout ça à fait du bien, je m’ennuyais beaucoup. Ce weekly rendez-vous avec des collègues drôles, intelligents et passionnés reste mon chouchou de la vie; c’est ce que j’aime le plus faire. Même si on s’amuse à regarder les statistiques d’écoutes de temps en temps, le podcast reste tout simplement une soirée entre amis où on jase jeux vidéo et cinéma. Les micros sont branchés, mais c’est pas ben ben nécessaire.

Et y’a vous.

Vous qui avez décidé de lire, écouter et regarder. Je ne pensais jamais que vous alliez faire partie de ma vie, vous, chers amis de Robot Sucré. Comme mentionné plus haut, j’ai foncé avec Robot Sucré avec l’idée que «C’est pas grave si personne lis ou écoute». Mais, vous avez décidé de le faire quand même, et vous avez changé ma vie. Je me rappellerai toujours la première fois où une gentille fille m’a dit «Bonjour!» dans le métro, simplement pour me déclarer qu’elle aimait Robot Sucré. J’ai dû avoir l’air étrange, car j’avais les larmes aux yeux et un air «HEIN? Ça se peut pas!!!».

Merci d’être là, avec nous. Vous n’êtes pas obligés, et c’est ça qui me touche le plus.

Merci pour 3 années magiques. On en fait 3 autres? Pis après, 3 autres.